Chers frères et sœurs du diocèse de Saint-Paul:

Au cours de la dernière semaine, il y a eu beaucoup de commentaires passionnés dans les médias des villes d’Edmonton et de Calgary au sujet de l’incompréhension des points de vue des évêques catholiques de l’Alberta, des directeurs généraux des écoles catholiques de l’Alberta et de l’Association des conseillers des écoles catholiques de l’Alberta alors que des individus et des groupes ont réagi à la décision du premier ministre Jim Prentice à faire une ‘’pause’’ avant d’entreprendre la troisième lecture du projet de loi 10.

Ce projet de loi est une tentative législative de promouvoir des communautés scolaires sécuritaires, bienveillantes et inclusives. Dans ce projet de loi, des élèves ressentant une attraction envers des partenaires de même sexe furent isolés dans le but recevoir une attention et des soins particuliers. En faisant ceci, le projet de loi tente de réconcilier le droit de tous les élèves d’être en sécurité avec le droit des parents et des écoles se rapportant à l’éducation et à la formation de leurs enfants. Mais le projet de loi propose de faire ceci sans mandater ou exiger ce que l’on appelle dans toutes les écoles les regroupements gais et hétéros.

Selon certains commentaires des média, les évêques ont été tenus responsables de la décision du premier ministre et du gouvernement d’avoir fait cette proposition et le fait que les regroupements gais et hétéros n’aient pas été mandatés a été causé par ‘’l’obstacle (de la) religion institutionnalisée et des évêques’’. 

L’intention de cette lettre et de plusieurs comme elle dans d’autres diocèses est simplement de rappeler et de résumer notre position catholique.

  1. D’abord, il est vrai que nous appuyons totalement l’objectif louable du gouvernement dans la promotion d’environnements sécuritaires dans les écoles et par conséquent d’éliminer l’intimidation sous toutes ses formes.
  2. De plus, les écoles catholiques insistent que l’approche utilisée dans le but de protéger les enfants soit complètement inclusive et que par conséquent, aucun enfant ne soit victime d’intimidation à cause de sa race, de sa religion, de son image corporelle, de son orientation sexuelle ou de son statut social. Il est faux d’affirmer que nous méprisons ou que nous ignorons la protection de chaque enfant.
  3. Dans les écoles catholiques, tous les aspects de la vie scolaire doivent être imprégnés et être exprimés dans notre foi.
  4. L’exercice de ce droit exige la liberté de déterminer le nom et le contenu de nos initiatives éducatives en accord avec notre foi.
  5. Notre foi nous enseigne que même si nous respectons les orientations de même sexe et les protégeons de l’intimidation, nous pouvons et le faisons sans mandater les regroupements gais et hétéros dans nos écoles.

En d’autres mots, nous sommes tous d’accord qu’il faille confronter et éliminer toute forme d’intimidation à l’école, mais nous Catholiques voulons être capables de continuer à le faire sans que l’on nous impose un programme particulier qui intervienne dans un seul type d’intimidation de toute façon.

Par conséquent, lorsque vous viendrez discuter de ce sujet, j’espère que ces renseignements vous seront utiles.

Sincèrement dans le Christ,

…† Évêque Paul Terrio
Évêque de Saint-Paul